fbpx

Christophe Giral

Index de l'article

Au coeur de la lumière

«Étudier la lumière non pas dans la représentation des objets, mais dans l'assemblage des couleurs. J'ai comme l'impression en posant mes couleurs de poser des notes sur une partition que les yeux des spectateurs vont faire chanter. Pour arriver à ce résultat il faut connaitre l'architecture profonde de la lumière, c'est là ma découverte qui ne pouvait se faire sans les moyens techniques du 21eme siècle.» 

- Christophe Giral


Biographie

photo bio

 



Christophe Giral est né à Alger en 1960

Dès 15 ans commence sa formation artistique à Montpellier (dessin) ; Beaux-Arts de Toulouse de 1977 à 1982 : formation pluridisciplinaire (sculpture, gravure, peinture).

A compter de 1985 opte définitivement pour la peinture à l'huile et toute sa production est écoulée en galerie à Toulouse et Montpellier jusqu'en 2008.

A partir de cette date travaille à la mise au point de l'hyperchromatisme et à l'écriture de son livre : « Un nouvel art de la couleur ». Sa recherche rétablit les relations subtiles entre les couleurs et les taches, lui permettant de transformer tout motif en symphonie de couleurs et de taches.


Ses oeuvres exposées

Vous trouvez ici les œuvres de l'exposition à la galerie du 5 au 27 juin 2020 qui rassemble l'ensemble du travail de plus de dix ans du peintre toulousain qui explore pendant ce temps l'univers de la lumière grâce aux outils du 21e siècles, et peint avec les techniques de la renaissance. Il combine ainsi le meilleur dont nous disposons aujourd'hui, sans dédaigner l'héritage du passé, pour offrir des vues uniques, particulièrement vibrante, sans pour autant se baser sur des scènes extraordinaires. C'est l'art de la lumière, de la lumière comme notes de musiques. Avec comme seules armes la couleur et une écriture à la fois puissante et méticuleuse, par moment même pointilliste, il crée une symphonie vibrante, à partir d’une image quelconque. 

Vous pouvez choisir les sous-titres français durant la visualisation de cette visite virtuelle

  • 01_ouessant
  • 02_marion_a_la_plage_2
  • 03_plage_du_pouldu
  • 04_la_vague
  • 05_CalanqueCassis
  • 06_coquelicot
  • 07_les_coquelicots
  • 08_Pavot_rouge
  • 09_lCosmos
  • 10_Bord_de_chemin
  • 11_bosquet_fleuri
  • 12_Pavot_blanc
  • 13_arbre_hiver
  • 14_Vallée_dans_la_brume
  • 15_Arbre_brume
  • 16_Peuplier
  • 17_Arbre_d'automne
  • 18_La_reine_des_féès_2
  • 19_Automne_japonais
  • 19_Automne_japonais_detail1
  • 19_Automne_japonais_detail2
  • 20_Feuilles_d'automne
  • 21_panoramique_de_mezens
  • 21_panoramique_de_mezens_2
  • 22_Allee_jean_jaures_nuit
  • 23_Allee_jean_jaures_jour
  • 24_Petit_nocturne
  • 25_Vitrail_Chartre
  • 26_Marche_st_aubin
  • 27_Le_chapeau_noir
  • 28_Blonde
  • 29_Rose_2
  • 30_Le_pull_rouge
  • 31_profil
  • 32_coiffe_de_lumiere
  • 33_Lever_de_soleil_Venise
  • 34_Venise_Les_marionnettes
  • 35_venise_Embarquadere
  • 36_venise_Burano
  • 37_venise_ivresse_de_noe
  • 38_Le_passage
  • 39_Au_coeur_de_la_lumiere
  • 39_detail_1
  • 39_detail_2
  • 39_macro_1
  • 39_macro_2
  • 39_macro_3
  • 39_macro_4
  • 39_macro_5
  • 40_Rue_sous_la_neige
  • 41_Marche
  • 42_Queribus
  • 43_Les_pavots
  • 43_Les_pavots_detail
  • 44_roquefixade
  • 45_St_aubin
  • 46_Ruelle
  • 47_Baigneuse
  • invitation_Christophe_Giral_et_Annie_Couget-Galerie_Francis_Barlier_1
  • invitation_Christophe_Giral_et_Annie_Couget-Galerie_Francis_Barlier_2
 


Un entretien avec Annie Couget

Réponses d'ANNIE COUGET, sculpteur et scénographe, chargé de cours à l'Université  Jean-Jaurès de Toulouse, aux questions de Monsieur Tjeri Liu, commissaire de l'exposition. Qui est mieux placé pour ces questions que l'artiste qui partage sa vie ? 

"Mais finalement, où est l'artiste ?" me demandez-vous.

Mais il est là... derrière son pinceau, à l'écoute de la nature... et il passe sa vie à peindre.

Ce qu'il peint ?

Ne vous y trompez pas, c'est toujours le même sujet. Il le décline sur ses toiles.

Sa muse : c'est la lumière. Elle qui caresse, révèle ou efface à l'envi, les objets, les paysages, les personnages ...

Et immanquablement, elle jaillit de ses toiles, rythmées en profondeur par des couleurs claires et franches, sourdes et veloutées qui se renforcent mutuellement jusqu'à l'épanouissement final d’une trompe l'œil vibrant qui nous interpelle.

Une peinture au chromatisme puissant qui impose sa perspective, son ressenti de la profondeur, qui dématérialise la surface de la toile, transforme les pigments en lumière et, par là même, nous transporte, au-delà d'un réalisme quelconque, vers les profondeurs de l'essence du visible.

Et ce, sans aucun subterfuge, sans tricherie, sans épaisseur. Beaucoup de travaux artistiques tournent aujourd'hui autour de cette quête sans jamais y arriver vraiment (peinture sur verre, semi bas-relief...) Il y a toujours un truc, une ficelle.

Christophe Giral, en peignant le réel, en analysant comment notre œil perçoit la lumière, est arrivé à écrire l'espace.

"Alors c'est scientifique".

Peut-être, à la marge entre art et science en effet : c'est la mise en évidence de l'existence d'une perspective chromatique.

Mais Brunelleschi a démontré le caractère universel de la perspective linéaire, il n'a pas été mis au banc des artistes pour autant à cause de son côté scientifique.

On vit une époque bien singulière où l'artiste se doit à un intellectualisme primordial, sans lequel pas de salut possible. En face de lui une élite d'initiés convaincue de détenir la vérité et qui, somme toute, véhicule un académisme comme un autre.

La peinture de C. Giral et sa démarche, puisqu'il en faut une, c'est à l'instars des impressionnistes, un retour à la nature. Que faire d'autre face à un académisme sûr de lui-même ? Mêmes problèmes, mêmes solutions...

Eux aussi sont retournés à la nature, ont remis en question les enseignements de l'époque pour donner à l'art de peindre un nouvel élan. Ils ont étudié le motif inlassablement, jusqu'à trouver dans la beauté des couleurs qu'ils voyaient sur nature, un assemblage novateur, un renouveau plastique que chacun depuis a reconnu et apprécié à sa juste valeur mais qui, à son époque, fit polémique.

Le temps finit toujours par venir à bout des a priori et personne aujourd'hui ne se demande plus si un peintre impressionniste est bien un artiste !

"Oui mais, il utilise la photographie !"

Bien sûr, et même l'ordinateur : il faut être de son temps.

D'ailleurs aujourd'hui la photographie est reconnue comme un art et quel est l'artiste qui ne s'en sert pas ?

De plus Christophe Giral dans sa peinture va bien au-delà du réalisme photographique, au-delà même de ce courant pictural auquel quelques-uns le raccrochent par facilité : l'hyperréalisme. Mais ses toiles ne sont pas vraiment dessinées, elles sont claires et vibrantes et le dessin n'est que couleur. Si elles paraissent hyperréalistes c'est grâce à l'utilisation de la perspective chromatique.

L'évolution est là : le peintre Christophe Giral "ce musicien de la lumière" peut désormais rendre l'espace palpable au sein même de la toile. Sa signature, un tampon contenant trois lettres : MDL (Musique De Lumière) entérine l'affaire.

Son art consiste à faire oublier la matière picturale pour transmettre au spectateur, envouté par la magie des couleurs, la poésie de la lumière et de l'espace.


 

Hommage à la nature ou
L’hyperréalisme selon Christophe Giral

Bien qu’il s’en défende ou plutôt qu’il revendique une approche et une technique originale, Christophe Giral appartient au courant de l’hyperréalisme, autrement dit il fait une peinture où la nature est rendue de manière plus réaliste que nature ou plus précisément de la façon dont l’œil humain la perçoit.

Giral peint un massif floral ou arboré vu en plan rapproché ou encore une plage à marée basse, un paysage de montagne, voire une scène urbaine nocturne, au moyen de très petits points de couleur qui perçus à distance constituent l’image sans que cette technique précise et minutieuse puisse être repérée.

Le peintre s’appuie pour ce faire sur une théorie de la couleur et du cercle chromatique passablement complexe et sophistiquée qui se distingue des théories et méthodes de Chevreuil ou d’Itten.

Toutefois le résultat est bluffant car il donne une impression saisissante d’hyper réalité en léger décalage avec le réalisme photographique qui sert pourtant à l’artiste de support mnésique. C’est de ce décalage même que nait le travail original de création où le savoir faire se conjugue à la virtuosité.  

Yves Kobry

S'abonner aux newsletters

FRANCIS BARLIER

Galerie Francis Barlier © 2020 | Mentions

#galeriebarlier facebook   instagram   pinterest   twitter   weibo   wechat