Didier Lapène

Index de l'article

LAPENE LE PONT low
Didier Lapène, né le 20 mai 1964 à Aureilhan, (Hautes-Pyrénées), vit et travaille à Biarritz

1986 à 1992 Étudie à l’École nationale supérieure des beaux-arts de Paris dans l’Atelier de Pierre Carron.
1991 à 1993 Assistant de Guy Peellaert, il participe à la réalisation de pastels monumentaux dont “Gershwin“ pour Alain Resnais.
1994 Résident au Château de Lourmarin
1996 Résident à la Ferme Saint Siméon, Honfleur

2001 1er Grand Prix de portrait Paul Louis Weiller
2002 à 2004 Pensionnaire à la Casa de Velazquez, Madrid
2006 à 2009 Enseignant à l’école d’art de Bayonne


Collections publiques

Musée Bonnat, Bayonne
Ambassade de France à Madrid
Musée des beaux-arts de Pau
Collection royale de Suède
Lycée français de Chicago

Musée d’Aquitaine

  • DL1
  • DL2
  • DL3
  • DL4
  • DL6

Expositions personnelles

1992 Galerie Philippe Frégnac, Paris
1994 Galerie la Règle d’Or, Paris
1996 Galerie Samedi, Montfort l’Amaury
1998 Le Carré, Musée Bonnat, Bayonne
1999 Galerie Visconti, Paris
2000 Ciudadela Polvorin, Pampelune
2001 à 2007 Galerie Francis Barlier, Paris, Galerie Visconti, Paris
2006 Musée de Guéthary, Axelle Fine Arts Galerie, New York
2008 Le Carré, Musée Bonnat, Bayonne
2009 Musée des Beaux Arts de Pau
2010 Studio d’arte interno 11, Bologne
2011 Galerie Francis Barlier, Paris
2013 Galerie Francis Barlier, Paris
2016 Galerie Francis Barlier, Paris

  • LAPENE_CIEL_GRIS_MAREE_HAUTE_low
  • LAPENE_ECUME_low
  • LAPENE_LA_BARRE_low
  • LAPENE_LA_NEIGE_low
  • LAPENE_LES_3_COURONNES_LE_SOIR_low
  • LAPENE_LES_TROIS_COURONNES_low
  • LAPENE_LES_VAGUES_low
  • LAPENE_LE_PALAIS_146_X_125_CM_low
  • LAPENE_LE_PONT_low
  • LAPENE_LE_PORT_DES_PECHEURS_low
  • LAPENE_LE_ROCHER_DU_BASTA_low
  • LAPENE_LE_VENT_low
  • LAPENE_PLAGE_LAPRES_MIDI_low
  • LAPENE_PORT_DES_PECHEURS_low
  • Rochers

Expositions collectives

1991 Chapelle des beaux-arts, Paris – « Dessein d’après Poussin »
Chapelle de la Sorbonne, Paris
1994 Galerie France T, Paris « A l’école de Poussin »
1998 Musée Bonnat « L’attirance du sud », accrochage par Jorge Semprun
1999 Fondation COPRIM, Paris
2001 ST’ART, Strasbourg, Galerie Francis Barlier
2002 à 2004 Casa de Velázquez, Madrid
2005 à 2007 « Aqua », Galleria Forni, Bologne
Art Paris, Galleria Forni, Bologne
Axelle Fine Arts Galerie, New York, San Francisco
« Paysages », Espace Culturel des Dominicaines, Pont-l’Evêque
2011 « Biennale Wasser », Bad Breisig
2014 « Animal », Musée des beaux-arts de Pau
2016 La grande mer, Didier Lapène, Christine Viennet, crypte sainte Eugénie, Biarritz

  • 3couronnes 30x30cm
  • brume 30x30cm
  • écume 38x46cm
  • écume 65x100cm
  • les 3couronnes 40x40cm
  • lumière du soir 22x35cm
  • marée basse 24x35cm
  • mer 38x61cm
  • neige 24x33cm
  • plage 130x130cm
  • plage 25x50cm
  • plage 30x30cm
  • plage 50x50cm
  • scintillement 24x33cm
  • variations..
  • variations

Citations 

"Rien d'inquiétant dans ces nuages qui survolent en passant une mer placide aux vagues paresseuses tellement paresseuses qu'elles n'arriveront pas à atteindre le sable tout blanc."

Didier Lapène est en empathie avec la nature. La mer, les rochers, le ciel se révèlent des motifs d'investigation passionnants où les nuages et ses variantes se transforment en expérience picturale qui combine son regard esthétique à un réel talent scientifique qui lui est propre.

Vincent Ducoureau, Conservateur en chef du Musée Bonnat, Bayonne.

« Notre temps offre peu de choses à ceux qui se contentent de nourrir le songe millénaire du monde et voient avec la même stupéfaction revenir le jour.

Ils vont pourtant à l’essentiel.

Car quels évènements peuvent rivaliser avec la chaleur, le soir, le ciel et les arbres ?

Didier Lapène, tout à sa tâche monastique, le sait bien, lui qui va, matin après matin au-devant de ces grands personnages.

Voilà un homme si épris de tout ce qui atteint sa rétine, qu’il n’a pas besoin de se battre les flancs pour se trouver un sujet : celui-ci est partout, devant lui, sous ses pas, au-dessus de sa tête, qui se déroule de l’aube jusqu’au crépuscule, toujours neuf et pourtant si ancien, que son pinceau se demande depuis combien de siècles il y travaille.

Et c’est peut-être la tristesse de voir toutes ces journées s’éteindre les unes après les autres qui le ramène sans cesse sur le même lieu, car, comme tous les bons artistes, il pressent qu’il faut regarder les choses pour qu’elles ne disparaissent pas.

Il plane ainsi sur ces grands paysages une acoustique d’éternité qui nous apaise, renouvelant sous nos yeux le pouvoir conjurateur de la métaphore picturale.

Avec la puissante certitude de celui qui a ressenti, le peintre nous affirme que les nuages en été se posent bien sur le sable mouillé, que le vent, l’air chaud et les vagues peuvent déferler sur une palette, et que parfois le ciel et son cortège de lumières et d’ombres vient tout entier habiter les avenues de nos villes. »

Pascal Vinardel

S'abonner aux newsletters

FRANCIS BARLIER

Galerie Francis Barlier © 2019 | Mentions

#galeriebarlier facebook   instagram   pinterest   twitter   weibo   wechat